Comment gérer le Zero Déchet en van ?

Le Vanlifest 2019
Aménager son fourgon seul.e – Célia
23 avril 2019
Voyager en Europe en van
Faire un tour d’Europe en van
26 avril 2019
Le Zero Dechet en van

Le Zero Dechet est une grosse problématique actuelle. Mais c’est déjà un peu compliqué de la mettre en place lorsqu’on vit dans une maison. Alors comment faire dans un minuscule espace ? En sachant en plus que, souvent, on bouge ! Que nos habitudes et nos repères changent tous les jours … C’est Chloé, de Vanlifegoeson, qui a fait une conférence sur le sujet. On lui laisse les rennes du blog pour qu’elle vous en dise un peu plus !

Voyager en van : notre déclic vers le Zéro Déchet

Aussi longtemps que je me souvienne, ma conscience écologique se reflétait dans des gestes acquis par réflexe et somme toute assez « banals » : recycler, privilégier les transports en commun, ne pas jeter de déchets par terre, ne pas laisser l’eau couler pour rien, ni les lumières allumées inutilement.

En parallèle, j’ai aussi été sensibilisé à la richesse et à la fragilité des océans, de la faune et de la flore en tant que bénévole pour le WWF puis la Surfrider Foundation. Mon cheminement vers le Zéro Déchet remonte à février 2018, après l’achat de notre premier van… Être nomade le temps d’un week-end m’a amené à réfléchir au contenu de ce sac poubelle qui déborde si rapidement, aux litres d’eau dont nous avions besoin pour vivre confortablement, ou encore aux produits (liquide vaisselle, brosse à dents et autres) que nous rejetions directement dans la nature…

Tant de choses ont évolué dans ma manière de penser, d’être et de faire puisque c’est désormais ma “conscience écolo” qui me guide au quotidien, dans mes choix, mes réflexions et mes aspirations. J’ai toujours considéré le zéro déchet comme un horizon plutôt que comme un véritable objectif. Pour moi, c’est une invitation à consommer « en conscience ».

Une conférence interactive…

Tout au long de la conférence, j’ai pu interagir avec les participant et bénéficier de leur expérience du Zéro Déchet grâce à l’outil Klaxoon.

Quiz, post-it, sondage… Tous les participants ont joué le jeu et ont beaucoup apprécié cette interactivité.

Zero dechet en van

Personnellement, je n’aime pas les grands chiffres qui ne parle pas forcément ; et puis, à quelle échelle faudrait-il communiquer : la pollution en France, en Europe, dans le monde ?

Je pense que les problématiques environnementales sont désormais connues de tous (du moins de tous les vanlifers, ces amoureux de la nature). J’ai donc fait le choix de débuter la conférence avec deux rappels élémentaires :

  1. Les déchets sont une production humaine : parmi les millions d’espèces vivantes qui peuplent la Terre, l’espèce humaine est la seule à produire des déchets encombrants, inutiles et polluants. Oups !
  2. 80% proviennent de l’intérieur des terres : et oui, les déchets eux aussi font leur petit voyage depuis nos maisons sur roues jusqu’au l’océan. Le top 3 des déchets voyageurs étant le sac en plastique, la bouteille en plastique et le coton-tige.
Zero dechet en van
zero dechet en van

7 étapes pour tendre vers le Zéro Déchet

Sachez que je ne suis pas une experte du Zéro Déchet, je ne regarde pas si ma poubelle mensuelle tient dans un bocal ou encore, et je ne suis pas là pour vous tenir un discours moralisateur. Vous faites et ferez de votre mieux, et c’est déjà génial.

L’objectif de cet article, c’est de vous partager mes astuces pour vous guider dans votre propre cheminement vers le Zero Dechet. Je voudrais surtout démystifier l’idée que le Zero Dechet coûte cher, prend du temps et nécessite un gros investissement.

Je dois dire qu’après nos premiers échanges vendredi soir, j’ai été agréablement surprise d’entendre que le sujet suscite un réel intérêt et que vous êtes déjà nombreux à œuvrer en faveur du Zero Dechet.

Le Zero Dechet en van

#1 Réfléchir

La toute première étape peut paraitre simple mais elle est primordiale : réfléchir.

Réfléchir à ce que je fais déjà, à ce qu’il reste dans ma poubelle, aux habitudes que j’ai remplacées aisément, à celles pour lesquelles je sais déjà que ça me paraît moins accessible…

Le Zero Dechet en van

Prenez un petit carnet et faites votre petit « audit » Zéro Déchet pour prendre le temps de réfléchir à votre situation actuelle… vous verrez que vous ne partez pas de si loin après tout.

Ci-dessous les contributions des participants à la question « Une action ZD que je réalise déjà… »

Zero Dechet en van

#2 Refuser

Cette seconde étape va bientôt devenir un réflexe, en attendant les vieilles habitudes ont la vie dure.

Non vous n’avez besoin de ce sac plastique, non vous n’avez pas besoin de ce tote bag gratuit, nous vous n’avez pas besoin de cette paille pour apprécier votre smoothie, non vous n’avez pas besoin de ce nouveau t-shit… autant de non au quotidien qui vont vraiment la différence.

Ci-dessous les contributions des participants à la question « Que peut-on refuser dans une démarche ZD ? »

Zero Dechet en van

#3 Réduire

Lorsqu’on dispose d’un si petit espace, il faut savoir faire preuve d’ingéniosité. Le Zéro Déchet est parfois associé à une certaine forme de minimalisme dans le sens où on en vient à limiter nos achats, et donc nos dépenses. Lorsque l’on vit en van, il s’agit ici de favoriser les produits qui auront plusieurs usages. Par exemple, une huile végétale peut servir à cuisiner, à se démaquiller, à faire son déodorant ou encore à s’hydrater la peau.

Le Zero Dechet en van

Enfin, en réduisant nos consommations de produits sur-emballés et/ou à usage unique, on réduit aussi la taille de notre poubelle, ce qui n’est pas négligeable quand on habite dans un fourgon aménagé.

Ci-dessous les contributions des participants à la question « J’ai déjà acheté en vrac… »

Zero dechet en van

Il existe de nombreux objets du quotidien que l’on peut remplacer. Une fois encore, tendre vers le Zero Dechet ne veut pas dire se ruer dans le magasin du coin et dépenser 300€. Nombreuses sont les alternatives qui reposent sur de la fabrication maison (exemples : lessive, dentifrice, déodorant) ou encore de la récupération (sacs à vrac, bocaux).

Quelques illustrations des produits présentés au cours la conférence :

  • Gourde et filtre à eau « LifeStraw »
  • Oriculi ou Coton-tige réutilisable en silicone médical (https://clears.ch/)
  • Coton lavable
  • Shampoing solide
  • Savon solide
  • Lessive maison ou noix de lavage
  • Dentifrice fait maison
  • Brosse à dent en bois (à composter)
  • Brosse à vaisselle en bois (à composter) et Tawashi
  • Savon de Marseille ou d’Alep (pour remplacer le liquide vaisselle)
  • Sac à vrac et tote bag
  • Bocaux en verre (pour stocker les achats en vrac)
  • Lampe frontale à batterie ou à piles rechargeables
Le Zero Dechet en van

#5 Réutiliser

Au-delà de la vie quotidienne, il y a des situations qui nécessitent d’avoir accès à des biens dont on ne dispose pas forcément. Prenons l’exemple des outils et autres accessoires pour aménager son fourgon… Il est possible de rester Zero Dechet : bannissons le neuf !

Vous pouvez réutiliser (et parfois réparer) des outils et matériaux déjà disponibles… De nombreux chantiers collaboratifs fleurissent et participent ainsi à l’économie collaborative : partager, prêter, louer, échanger.

Pensez également à regarder dans les recycleries et ressourceries lorsque vous avez besoin de quelque chose, vous pourriez être surpris (et votre porte-monnaie aussi)

Enfin, les frippes et autres sites (tel que Vinted ou leboncoin) vont permettront de dénicher des vêtements à petits prix.

#6 Recycler

Très souvent lorsque je parle de Zero Dechet, on va me répondre « Je trie mes déchets »

Recycler c’est bien… mais ce n’est qu’en dernier recours, lorsque nous ne pouvons pas refuser ou remplacer. 

Deux choses à avoir en tête sur le recyclage :

  1. Mettre un objet au recyclage ne veut pas nécessairement dire qu’il le sera : en France, seul 22% du plastique est effectivement recyclé.
  2. Recycler a un impact plus élevé sur l’environnement : le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas.
Zero dechet en van

#7 Rendre

Rendre à la terre les déchets organiques à l’aide du compostage… que vous disposiez d’un lombric composteur, que vous utilisiez les composteurs de ville ou comme nous, que vous mettiez vos déchets organiques dans vos toilettes sèches. L’urine est un activateur de compost : composé à 95% d’eau, notre urine possède des nutriments essentiels à la croissance des plantes comme l’azote, le phosphore et le potassium. Il est aussi riche en sels minéraux.)

Parmi les déchets à composer, on retrouve :

  • Épluchures de fruits et légumes
  • Thé en vrac
  • Fleurs fanées
  • Marc de café
  • Coquilles d’œufs, de noix et noisettes (concassées)
  • Essuie-tout et journaux (en quantité modérée)

Vous pouvez également, à titre exceptionnel, enterrer vos déchets à l’abri des regards.

Un e-book en cours de rédaction !

Vous pourrez retrouver toutes ces informations dans l’ebook en cours de finalisation, disponible en anglais et en français sur notre site.

https://www.vanlifegoeson.com/ressources

@vanlifegoeson

Merci encore à Emilie pour toutes les photos qui apparaissent sur le site !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *